LES POMPES A CHALEUR AEROTHERMIE AIR/EAU

La pompe à Chaleur AIr/Eau puise la chaleur contenue dans l’air et la restitue par un circuit d’eau alimentant un plancher chauffant ou des radiateurs. Une pompe à chaleur haute température peut facilement remplacer une chaudière thermique existante d’un chauffage central Vous conservez donc vos radiateurs et votre circuit de chauffage.
 Si vous souhaitez garder votre chaudière, vous pouvez également installer la pompe à chaleur en “relève” (complément) de chaudière. Vous devrez opter pour une pompe à chaleur haute température si vos radiateurs sont des radiateurs classiques dits “ haute température”.
Si vous installer un plancher chauffant ou des émmetteurs “basse température”, vous pouvez installer une pompe à chaleur basse température.    
 

LES POMPES A CHALEUR GEOTHERMIE EAU/EAU

POMPES À CHALEUR GÉOTHERMALES SUR CAPTEURS ENTERRÉS HORIZONTAUX.
Ces pompes sont mises en oeuvre dans le secteur résidentiel, principalement en raison de la surface de terrain requise (1,5 à 2 fois la surface chauffée). On peut noter qu’à ce jour, les PACAO sur capteurs horizontaux constituent le système géothermique le plus largement répandu sur le marché résidentiel français. La longueur totale des tubes d’un capteur horizontal dépasse plusieurs
centaines de mètres. Les tubes sont repliés en boucles distantes d’au moins 40 cm pour éviter un prélèvement trop important de la chaleur du sol. Le capteur doit se trouver à plus de 2 m des arbres et à plus de 3 m des fondations des bâtiments, puits, fosses septiques ou réseaux d’évacuation. La surface située au-dessus du capteur doit être perméable (pas de terrasse ou de construction) afin de permettre un bon rechargement du capteur.

 

POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES SUR CAPTEURS ENTERRÉS VERTICAUX
Le capteur vertical est généralement constitué d’une sonde formée d’un double tube en U en polyéthylène dans lequel circule en circuit fermé une solution d’eau etd’antigel. Cette sonde est disposée dans un forage pouvant atteindre des profondeurs de 80-100 m, voire davantage. La puissance captée de dimensionnement est de 50 W par mètre de forage, soit à titreindicatif, pour des logements neufs, environ un mètre de profondeur forée par mètre carré de surface à chauffer.
Il est possible de réaliser un ou plusieurs forages espacés d’au moins 10 m pour obtenir la puissance nécessaire au chauffage du logement. Cette solution a l’avantage de limiter les contraintes de terrain et d’emprise au sol. Elle convient pour chauffer des maisons individuelles, mais aussi de petits ensembles de logements et d’immeubles de bureaux sur des terrains peu étendus.

 

LES POMPES A CHALEUR  SUR NAPPE PHREATIQUE

L’eau est prélevée dans une nappe phréatique existante et facilement accessible, plus rarement dans un plan d’eau ou un cours d’eau. Il faut s’assurer de l’existence d’un débit suffisant tout au long de l’année. La très faible variation de température des nappes d’eau souterraines permet à ces pompes à chaleur d’offrir des performances élevées quelle que soit la saison. On distingue principalement deux dispositifs selon que l’installation fonctionne avec un seul forage (puits de production) ou avec deux forages (puits de production et d’injection). Dans le premier cas, l’eau de nappe est rejetée en surface (rivière, plan d’eau ou encore réseau pluvial) alors que dans le second cas, elle est réinjectée dans la nappe aquifère d’origine. Les PACAO HT sur eau de nappe se rencontrent plus particulièrement dans le secteur tertiaire, sur des installations de chauffage/climatisation de forte puissance. Elles garantissent en effet, dans ces conditions, des coûts d’exploitation très intéressants, tout en nécessitant un investissement sensiblement inférieur à la solution avec capteurs enterrés verticaux. Une contrainte incontournable freine  toutefois la diffusion de ces systèmes : leur mise en oeuvre nécessite la présence à proximité du bâtiment concerné d’une nappe phréatique exploitable, en termes de débit et de qualité d’eau mais également d’un point de vue réglementaire.